Joyeux anniversaires !

En 2019, nous fêtons l’anniversaire de deux grandes explorations :

  • le 20 juillet 1969, le Lem de la mission Apollo 11 se posait sur la Lune et, quelques heures plus tard, Neil Armstrong et Buzz Aldrin foulaient le sol lunaire.
  • en août 1519, une flottille de cinq navires, dirigée par Magellan, quittait Séville, en Espagne, pour se lancer dans le premier tour du Monde.

A l’occasion de ces anniversaires, les éditions Flammarion Jeunesse rééditent deux de mes livres de la collection Découvreurs du Monde, en format poche et à petit prix :

Une naissance en direct

Ce n’est pas tous les jours que l’on assiste à une naissance… Et surtout, à la naissance d’une maison d’édition ! Alors j’aimerais vous la faire partager.

J’ai connu Sarah Hamon lorsqu’elle travaillait pour les éditions Fleurus. J’ai beaucoup apprécié son sérieux et la qualité de son travail d’éditrice. Et puis, en août dernier, Sarah a décidé de quitter Fleurus pour créer sa propre maison d’édition avec Angela Léry, une amie qui a longtemps travaillé au service communication des éditions Gulf Stream.

Créer une maison d’édition alors que le marché du livre est déjà saturé, n’est-ce pas de la folie ? C’est ce que j’ai initialement pensé. Mais lorsque Sarah et Angela m’ont expliqué leur projet, j’ai vite compris qu’il était très différent des autres.

L’objectif de la Cabane Bleue – c’est le nom de la maison d’édition – est de publier des livres pour la jeunesse parlant d’écologie, afin de sensibiliser les jeunes générations aux défis auxquels nous sommes confrontés. Mais ce n’est pas tout, car éditer des livres pour expliquer que notre planète va mal en utilisant une encre polluante, en les imprimant en Chine puis en pilonnant les invendus, ce n’est pas très cohérent ! L’industrie de livre pour la jeunesse est en effet très polluante, comme le démontre le WWF.

Sarah et Angela ont donc mis en place tout un protocole pour que la fabrication de leurs futurs livres soit la plus écologique possible :

  • Un format unique (21 x 27,5 cm, 32 pages), pour limiter la quantité de papier jetée pendant les calages chez l’imprimeur.
  • Un papier offset 150g, fabriqué en Europe et certifié PEFC (issu de forêts durablement gérées).
  • Une couverture non pelliculée, pour bannir le plastique et les colles inutiles.
  • Un carton de couverture issu de fibres recyclées.
  • Un imprimeur français : Pollina, en Vendée, connu pour son savoir-faire et sa démarche éco-responsable.

Ce projet m’a tellement enthousiasmé que j’ai proposé le texte d’une petite fable écologique à Sarah et Angela, et je suis très fier qu’elles l’aient accepté. L’album, qui s’intitulera Il y avait une maison et sera illustré par Camille Nicolazzi, sera l’un des quatre premiers titres de la Cabane Bleue, en octobre 2019.

Car, comme je l’ai dit en introduction, cette maison d’édition est encore en cours de construction. Sarah et Angela y consacrent tout leur temps et, comme pour tout projet d’envergure, elles ont besoin d’aide. Elles ont donc lancé une cagnotte en ligne pour récolter les fonds qui leur permettront, ensuite, d’emprunter à la banque le complément pour fabriquer les premiers titres.

N’hésitez pas à faire un tour (et un petit don, si vous le pouvez) sur cette cagnotte, puis à partager cette belle aventure éditoriale autour de vous. Vous pourrez alors vous dire que vous avez assisté – et même mieux, participé ! – à la création d’une maison d’édition.

ФИЛИПП HECCMAH

Ce samedi, j’ai reçu par la poste un paquet contenant des livres dont la couverture me rappelait quelque chose : c’était celle des deux tomes des “99 expériences“. Mais je ne reconnaissais pas le nom en haut : ФИЛИПП HECCMAH…

Après une seconde de réflexion, j’ai compris que c’était la traduction en russe de ces livres parus initialement chez Fleurus.

Ce n’est pas la première fois que mes livres sont traduits : certains l’ont été en polonais, en coréen, en chinois, en brésilien, en turc…

Du coup, j’en ai profité pour dresser une petite liste des livres traduits.

Eléphantôme, kézako ?

Savez-vous ce que sont un éléphantôme, un serpentalon, un moutondeuse et un tigrenade ? Non ? Alors demandez-le aux élèves de CE2, CM1 et CM2 de l’école Champs-Elysées d’Evry !

Jeudi 24 janvier 2019, j’ai passé la journée dans leur école. J’y étais invité pour présenter le Village aux mille roses et pour organiser des petits ateliers d’écriture. Le thème : en quelques étapes simples, amener les élèves à inventer des animaux qui n’existent pas en fusionnant deux mots existants. Puis, comme dans un dictionnaire, en donner une définition amusante ou plausible et dessiner le curieux animal. Cela a été une merveilleuse journée, avec des élèves attentifs et plein d’imagination.

Et, bien sûr, je me suis moi-même prêté au jeu. Voici mon animal :

Saumongolfière : n.m. Poisson à chair rose et à air chaud, se prenant pour un poisson-volant. “Le vieil homme naviguait depuis plus d’une semaine sous un soleil de plomb lorsque, hébété de soif et de solitude, il vit s’élever au-dessus de la mer un flamboyant saumongolfière” (Ernest Hemingway)

Dans tous les sens !

En 2018, j’ai écrit en parallèle deux livres documentaires, pour deux maisons d’édition cousines, De La Martinière Jeunesse et Le Seuil Jeunesse.

Le premier livre avait un thème étonnant, jamais encore traité pour la jeunesse : l’immortalité. Cela a donné un livre inédit, Eternité, demain tous immortels ?, paru en octobre dernier et dont j’ai parlé ici.

Le second livre avait un thème vu et revu : les cinq sens. Il y a une quinzaine d’années, j’avais moi-même déjà fait un livre sur le sujet. Allait-ce être juste un nouveau livre sur les cinq sens, un de plus ? Eh bien non ! Car là sont intervenus deux hurluberlus de grand talent, le graphiste Célestin et l’illustrateur Régis Lejonc, qui en ont fait un objet complètement fou ! Comme son nom l’indique, le livre part dans tous les sens : il fourmille de vignettes humoristiques, d’illustrations décalées… Le résultat est magnifique et tout à fait original. A découvrir en librairie le 3 janvier 2019.

Ateliers d’écriture

Comme je le dis souvent, un livre est un peu comme un bébé : tout commence sa conception (qui correspond pour l’auteur à l’apparition d’une idée), puis il y a la gestation (l’écriture du texte) et enfin la naissance (le moment où le texte devient livre et est présenté au monde).

Beaucoup de personnes aimeraient écrire, mais elle n’y arrivent pas car elles n’ont pas la bonne idée de départ, elles ne savent pas comment faire, ou elles ont peur de se dévoiler et de montrer ce qu’elles ont fait.

Les ateliers d’écriture peuvent alors être très utiles : l’animateur aide les participants à trouver une idée, à la développer sous la forme d’un texte, et à être fiers.

A côté de mon travail d’écriture, j’ai toujours aimé le travail “d’accoucheur de texte” : aider les autres à écrire et à y prendre du plaisir.

Je le faisais lorsque j’étais journaliste et que j’aidais des scientifiques à écrire des articles pour le journal du CEA, lorsque j’étais directeur de collection chez Mango, et maintenant lors des ateliers d’écriture que j’anime.

 

Aaargh !

J’écris beaucoup, mais je ne m’écris jamais à moi-même…

Du coup, j’ignorais que le formulaire de contact pour m’écrire ne fonctionnait plus depuis un certain temps. Si vous m’avez envoyé un mail par le biais de ce site et que je ne vous ai pas répondu, c’est que je ne l’ai jamais reçu. Veuillez m’en excuser !

Après une bonne heure à essayer de comprendre la raison du problème (je suis doué en informatique lorsque tout fonctionne bien, mais dès qu’il y a un problème je deviens très mauvais…), voici un nouveau formulaire qui devrait marcher.

N’hésitez pas à me réécrire et désolé encore pour le contretemps !

Un ovni dans mon salon…

Je viens de recevoir un exemplaire de mon prochain livre, Eternité.

Il sort tout juste de chez l’imprimeur, n’est pas encore en librairie, et sent bon l’encre fraîche…

Et c’est, comme je le pressentais, un ovni, un livre à part, qui ne ressemble à rien de ce qui se fait actuellement.

Voici le texte de la quatrième de couverture, pour vous donner une idée du contenu:

“Depuis l’Antiquité, l’homme tente par tous les moyens de ne pas mourir, et ce rêve d’éternité pose mille questions, entre sciences, histoire et philosophie.

Qu’est-ce que le temps? Peut-on faire revivre des espèces disparues? Y a-t-il quelque chose après la mort? Comment les animaux donnent-ils des pistes aux chercheurs pour améliorer l’espérance de vie humaine? Est-ce raisonnable de vivre au-delà de 100 ans?

De la momie égyptienne à l’homme bionique, un fabuleux ouvrage aux illustrations uniques pour s’approcher un peu plus de l’immortalité.”

Et voilà une double page illustrée par Léonard Dupond. Le livre sera en librairie le 11 octobre 2018.

 

Le Village bientôt au théâtre ?

Il y a un an presque jour pour jour, j’ai reçu un mail envoyé par une jeune étudiante en arts du théâtre, Louise Morel. Elle avait beaucoup aimé le Village aux mille roses et voulait en faire une adaptation théâtrale dans le cadre de son Master 2 “écriture dramatique et création scénique”.

Souhaitant que le message contenu dans le livre soit diffusé le plus largement possible, j’ai bien sûr accepté et laissé carte blanche à Louise Morel.

En juin dernier, elle m’a envoyé une vidéo de la représentation qu’elle avait donnée de son travail. Et je dois avouer que, même si l’adaptation est encore en cours d’achèvement, le résultat m’a beaucoup plu : joué par des acteurs, dans un vrai décor et devant un public, le texte s’incarne et prend vie.

L’objectif de Louise Morel est de donner son spectacle directement à ceux à qui il s’adresse : il a été conçu pour être joué dans les salles de classe, devant les élèves et, pourquoi pas ?, avec les élèves comme acteurs.

Si vous êtes enseignant ou bibliothécaire et que l’idée vous plaît autant qu’à moi, n’hésitez pas à me contacter et je ferai suivre vos messages à Louise Morel.

Combien ça fait ?

Lorsque j’interviens dans une classe, une question revient souvent : « Combien de livres avez-vous écrits ? » Ma réponse est généralement : « C’est une bonne question… Je ne sais pas trop. Une quarantaine, je dirais. »

Et il est vrai que je ne tiens pas le compte : jusqu’au dixième ou vingtième livre, on sait. Ensuite, on laisse tomber.

Aujourd’hui, j’ai eu envie de savoir, alors j’ai dressé une liste de tous les livres que j’avais écrits.

Et le résultat est… (roulement de tambour)… 43 livres de l’an 2000 à juin 2018, sans compter les rééditions. Maintenant, quand un collégien me posera la question, je saurai quoi répondre.